WPS Chronomaster Sport
Horlogerie

Zenith Chronomaster Sport : Le nouveau chronographe qui nous met des étoiles plein les yeux

Aujourd’hui à minuit pile, Zenith a officiellement présenté sur son site Internet sa toute dernière nouveauté : le « Chronomaster Sport ». Elégance & Précision n’a pas vocation à publier des articles exclusifs d’actualité horlogère, mais j’ai eu l’opportunité d’avoir cette montre en avant-première entre les mains, et étant totalement conquis par cette montre, j’ai décidé de vous en faire profiter.

Logo Zenith

Zenith est une manufacture horlogère neuchâteloise dont l’histoire mérite vraiment un article. C’était un de mes projets et cette nouveauté a un peu bousculé mes plans. Je vais donc orienter cet article sur la présentation de cette nouveauté et faire quelques ponts historiques pour situer certains éléments dans l’histoire de la marque. Je ferai un article plus focus sur la marque dans le futur, en essayant de l’aborder dans une vision similaire à mon dernier article sur Rolex.

Avant de démarrer cet article, je tiens à préciser que je n’ai pas eu accès au dossier de presse. J’aurais pu, et j’ai hésité à redemander, et finalement je me suis dit que j’allais y aller sans antisèche. Aucune influence dans mes mots, et d’ailleurs absolument rien à gagner en écrivant cet article, si ce n’est de partager avec vous mon enthousiasme pour cette pièce qui vaut vraiment le détour.

Allez… Je vous montre la bête !

Chronomaster Sport black dial

Chronomaster Sport

Ce tout nouveau Chronomaster est une véritable bombe. Déjà, mon discours est méga subjectif car influencé par mes préférences personnelles. Au moins c’est dit, je préfère être honnête. Car à mes yeux, la collection Chronomaster a toujours été ma préférée chez Zenith : Un mouvement légendaire (El Primero), des lignes classiques mais en même temps bien racées, un cadran aux couleurs et à l’esthétique qui m’a toujours plu (je parle surtout des modèles post 2009). Mon modèle phare, si j’avais dû en acquérir un, aurait été le Chronomaster El Primero 1969 en 38mm.

Chronomaster 1969

Bref. Ce tout nouveau Chronomaster Sport est finalement une évolution des Chronomaster existant, avec de nombreux clins d’œil au passé. Zenith est très attaché à son histoire et aux modèles qui ont fait son succès. J’avoue que ces derniers temps, les revivals « en veux-tu en voilà » m’ont un peu lassé (toutes marques confondues). Autant j’avais adoré la réédition de la toute première A384, autant les nombreuses déclinaisons qui ont suivi (en édition limitée ou non) m’ont laissé relativement de marbre. Encore une fois, un avis très personnel.

El Primero A384 Revival

Dans ce Chronomaster Sport, je vois une vision totalement différente. Une véritable évolution. Déjà dans le nom. Pourquoi « Sport » ? On pourrait se dire qu’un chronographe par définition a une portée plutôt sportive, donc pourquoi le souligner ? Mon interprétation de ce nom vient du fait que la plupart des Chronomaster ont des lignes plutôt classiques, élégantes, et sont plutôt portées comme des montres dites « habillées ». Et c’est vrai. Finalement, un Chronomaster 1969 en 38mm sur un bracelet alligator marron est terriblement élégant et peut merveilleusement bien se porter en costume.

Ici donc, un parti pris : celui de renforcer le côté sport de la pièce. Comment s’y sont-ils pris ? Je pense qu’au premier regard la réponse tombe sous le sens : La lunette en céramique noire.

Zenith New Chronomaster
Décryptage de l’esthétique du Chronomaster Sport

D’un point de vue esthétique, on note donc cet élément essentiel qu’est la lunette en céramique noire graduée. Les Chronomaster, sauf erreur, ont toujours été dépourvu de lunette extérieure graduée, à l’exception des Chronomaster 2 dont une première série limitée est sortie en 2019 à l’occasion des 50 ans du mouvement El Primero. Dans la majorité des cas donc (si on fait abstraction du Chonomaster 2 qui finalement ont un peu préparé le terrain), les échelles tachymétriques sont directement imprimées en périphérie du cadran, qu’il s’agisse des modèles pré-2009 ou post 2009.

Si l’on regarde maintenant cette lunette de plus près, on note que la graduation ne représente pas une échelle tachymétrique, mais une échelle permettant la lecture du temps au 10ème de seconde. Ainsi, lorsque l’aiguille de chronographe effectue une révolution complète, il s’est écoulé 10 secondes. La lunette est divisée en 10 graduations représentées par des points (qui font échos aux points des lunettes des modèles A277 (pré-El Primero) de la fin des années 60).

Zenith A277
Chronomaster Sport bezel

Si l’on jette un œil du côté du cadran et des aiguilles, on retrouve tous les codes esthétiques des Chronomaster 1969 avec ces sous-compteurs de trois couleurs différentes : rhodium, anthracite et bleu. On retrouve également ces index facettés alternant des faces laquées noires et des faces chargées de SuperLuminova. Le cadran en lui-même, pour la version que j’avais entre les mains, est un cadran laqué noir, et j’avoue qu’il a ma préférence par rapport à la version blanche.

Côté aiguilles, on distingue les aiguilles noires qui permettent la lecture de l’heure, des aiguilles rouges qui permettent la lecture des durées mesurées à l’aide du chronographe.

Zenith Chronomaster Sport

Côté boite, ce Chronomaster Sport reprend les boites de la collection Chronomaster inspirée par le modèle A386. Je parlais plus haut de version pré-2009 et post-2009. Permettez-moi de faire un léger pont historique sur le design des boites de la collection Chronomaster.

Petite digression historique sur l’esthétique des boitiers Chronomaster

En 1995, à l’occasion de la foire de Bâle (Baselworld), Zenith présente son tout premier Chronomaster. Ils le souhaitaient au design à la fois classique et innovant. C’est ainsi qu’a été présenté ce fameux boitier à double gordon (ci-contre).

Ce design a été abandonné en 2009 pour s’inspirer du boitier du modèle A386 (ci-dessous). Les boitiers ont alors été redessinés en ajoutant notamment une face supplémentaire polie à la carrure.

Zenith Chronomaster
Source : Ledfanatic sur Forumamontres
Zenith A386
Zenith Modele A386 (Source : monochrome-watches.com)
Fin de la digression historique

On retrouve donc dans les dernières versions de Chronomaster comme dans ce nouveau Chronomaster Sport cette boite aux facettes polies et aux arrêtes courbes mais néanmoins acérées. Pas de changement de ce côté-là, avec une boite toujours étanche à 100m. Idem pour les poussoirs de chronographe et pour la couronne, cette dernière étant siglée de l’étoile Zenith.

Chronomaster Sport tranche

Le fond de boite est transparent, permettant de voir le mouvement El Primero à travers un verre saphir.

Mouvement Zenith El Primero 3600

En ce qui concerne le bracelet métal, je l’ai trouvé vraiment réussi et très bien fini. C’est un bracelet à trois mailles, dont les mailles extérieures sont satinées et la maille centrale polie. La finition du bracelet est vraiment top, chaque maille extérieure ayant un joli chanfrein poli. La boucle est une boucle déployante disposant de 5 positions de réglage fin : de ce côté-là, ils ont bien géré le coup.

Boucle déployante Zenith
Maintenant, parlons un peu des dimensions

Le Chronomaster Sport est donné officiellement pour 41mm. Au pied à coulisse de bibi, la lunette fait en réalité 40,5mm. On est sur une montre à la dimension tout ce qu’il y a de plus raisonnable. Le El Primero étant un mouvement bien proportionné, ce nouveau Chronomaster Sport ne fait que 13,6mm d’épaisseur. Il passe sans problème sous un poignet de chemise ajusté (comme la chemise que je portais aujourd’hui par exemple). Concernant le « corne à corne », on est sur une dimension de 47mm. Les cornes sont relativement courtes et le bracelet tombe bien sur mon poignet (qui n’est pas très large : 16,5mm en hiver ; 16,7mm en été). La montre dispose d’un entre-corne de 20mm.

Dimensions Chronomaster Sport
Décryptage technique de ce nouvel El Primero

Le Chronomaster Sport n’arrive pas les mains vide. Il arrive même avec des valises pleines de bonnes nouvelles. Toujours équipé d’un mouvement El Primero, ce dernier est néanmoins la dernière évolution du célèbre chronographe. Depuis sa naissance en 1969, le mouvement El Primero (premier mouvement chronographe automatique à haute fréquence) n’a cessé d’évoluer. D’améliorations techniques en modifications de certains matériaux, le El Primero n’en est pour le moins pas resté un El Primero.

El Primero 400 et 3600
El Primero ancienne génération, et El Primero 3600
Finalement ce nouvel El Primero 3600, il nous apporte quoi de plus ?

Déjà, il est toujours aussi beau à regarder. Sa masse oscillante ajourée permet de ne pas obstruer totalement la vision du mouvement et de sa belle roue à colonnes. Cette dernière a d’ailleurs vu sa taille être révisée à la hausse. Une roue à colonnes plus grosse pour une commande plus franche et plus robuste j’imagine.

Concernant la durée de marche, cette dernière a également été revue à la hausse. 60h de durée de marche contre 50h sur les versions précédentes. Bien que je parte du principe qu’une montre automatique se remonte en la portant et qu’une durée de marche de 40h n’est pas si invivable que ça, je comprends l’argument des collectionneurs qui veulent pouvoir poser leur montre plus de 2 jours sans qu’elle s’arrête. D’ailleurs la majorité des manufactures travaillent sur l’optimisation de la durée de marche de leurs montres (je pense entre autres à Rolex ou à Tudor qui proposent chacune 70h de durée de marche sur leurs mouvements 3 aiguilles respectifs).

Au niveau du chronographe, comme je l’indiquais plus haut, il a été calibré pour que la seconde de chronographe fasse une révolution en 10 secondes permettant la lecture des durées au 10ème.

Mais là où les détracteurs du El Primero vont être contents (non pas parce qu’ils auront quelque chose sur lequel râler, mais bien parce que leurs critiques auront été entendues), c’est dans la modification du système de mise à l’heure de cette nouvelle version du El Primero. Désormais, le mouvement est doté d’un stop-seconde. Bon, il était temps, avouons-le.

L’apparition de ce stop-seconde a permis également la modification d’une singularité de l’El Primero qui été l’inversion des fonctions de mise à l’heure et de correction de quantième par rapport à la position de la couronne. En effet, sur les versions classiques du El Primero, le premier cran de couronne correspond à la mise à l’heure, et le second cran permet de corriger la date. On imagine bien qu’avec un stop seconde intégré, cette singularité n’avait plus sa place.

El Primero nouveauté

Pré-conclusion

Voilà pour le décryptage esthétique et technique de ce tout nouveau Chronomaster Sport. À mon sens, Zenith frappe un grand coup avec ce Chronomaster Sport, déjà parce qu’il donne va donner un second souffle à cette collection Chronomaster que j’adore, parce qu’il modernise la ligne en ajoutant une lunette en céramique tout à fait dans l’air du temps.

D’ailleurs, cette lunette en céramique, elle ne vous rappelle rien ?

Et oui je vous vois déjà venir… Et c’est pour ça que j’ai écrit « pré-conclusion ». Parce que d’une part je n’ai pas finis, et parce que d’autre part je sais bien que vous n’êtes pas rassasiés…

Histoires d’inspirations horlogères

L’apparition de cette lunette en céramique noire sur un chronographe de la ligne Chronomaster fait automatiquement penser au célèbre chronographe de la marque à la couronne, j’ai nommé le Cosmograph Daytona. C’est finalement quelque chose que Zenith va beaucoup entendre, et en toute honnêteté, en voyant la lunette en céramique noire, j’ai tout de suite eu le Cosmograph Daytona à l’esprit.

Rolex Cosmograph Daytona

L’idée ce n’est pas simplement qu’il s’agit d’une lunette en céramique noire, puisque la version Chronomaster 2 avait également une lunette en céramique noire et pourtant on a peu fait le rapprochement avec le Cosmograph Daytona. Ici, ce qui est interpelant, c’est la dimension de la lunette par rapport au reste de la montre. La proportion est essentielle, et je pense que c’est plus la proportion et la forme de cette lunette en céramique qui rappelle la lunette Cérachrom de Rolex.

Mais à part ça… Franchement…

J’ai eu l’idée de comparer les deux montres. Malheureusement je n’avais pas Cosmograph Daytona cadran noir sous la main pour faire les photos de comparaison ! Dommage parce que ces deux cadrans noir laqué auraient été chouette à comparer. Bon, je n’avais qu’une version cadran blanc à disposition, alors je n’ai pas fait la fine bouche et j’ai embarqué tout ça à l’atelier pour une petite séance de face à face.

Le face à face

Zenith Chronomaster Rolex Daytona

Pour commencer, au niveau des dimensions, on est sur deux montres aux dimensions assez proches. 40,5mm pour le Chronomaster Sport contre 40mm pour le Cosmograph Daytona, la différence est presque imperceptible. On distingue en revanche plus de finesse chez la Rolex avec ses seulement 12mm d’épaisseur, contre 13,6mm pour la Zenith comme écrit plus haut. Également 1mm de moins pour le « corne à corne » pour le Cosmograph Daytona.

Chronomaster Daytona

Maintenant, au-delà des dimensions, on peut tout comparer :

Des poussoirs totalement différents. On est sur des poussoirs classiques sur la Chronomaster Sport, dans la lignée des design historiques, alors que pour le Cosmograph Daytona on a des poussoirs vissés.

Côté boitier, on a une boite plutôt bombée sur le Cosmograph Daytona, et une boite plus anguleuse avec de belles facettes polies sur le Chronomaster Sport. Un fond plein sur la Rolex, un fond transparent sur la Zenith. Autant le dire sans détour : les boitiers n’ont rien à voir.

Chronomaster Sport et Cosmograph Daytona

Si on se penche sur le cadran, encore une fois impossible de voir une ressemblance. Le cadran de la Chronomaster Sport est véritablement un cadran de Chronomaster reprenant tous les éléments de design des Chronomaster 1969. Même si sur la version blanche de la Chronomaster Sport, on a ce même contraste entre la lunette céramique noire et le cadran blanc, pour le reste, rien à voir. Les sous-compteurs sont différents, et leur position est également différente (petite seconde à 6h sur le Cosmograph Daytona et à 9h sur le Chronomaster Sport). Les index n’en parlons même pas : incomparable entre l’une et l’autre. Notons également que le Chronomaster Sport a la date entre 4h et 5h, alors que sur le Cosmograph Daytona… Il n’y a pas de date tout simplement.

Les aiguilles des heures et minutes sont en effet très proches, mais ces aiguilles appartiennent à la collection Chronomaster depuis déjà quelques années.

Si on revient sur cette fameuse lunette en céramique noire, on note évidemment la différence flagrante de graduation : tachymétrique pour l’une et 10ème de seconde pour l’autre.

Seul le bracelet est vraiment proche, quoi que chanfreiné sur le bracelet Zenith.

Résultat du face à face

Au final, deux montres totalement différentes. Alors pourquoi avoir voulu les comparer ? Parce que cette comparaison sera inévitable.

Le rapport historique entre Zenith et Rolex est une des raisons principales. En effet, pendant plus de 10 ans (de 1989 à 2000), le modèle Cosmograph Daytona était équipé du mouvement 4030 dont la base est le mouvement El Primero. Rolex a procédé à plusieurs modifications sur le mouvement, en baissant sa fréquence de 5Hz à 4Hz entre autres. Ainsi l’histoire de Zenith est intimement liée à celle de Rolex, qui, en remplissant les carnets de commande de Zenith à cette époque (fin des années 80), a largement contribué à sa sauvegarde et sa renaissance.

En somme, lorsqu’on pense au El Primero, on pense naturellement au Cosmograph Daytona.

Le mot de la fin (la vraie conclusion)

Vous aurez remarqué mon enthousiasme à vous présenter cette nouveauté. Cet article a d’excitant le fait que je l’écris dans l’instant, de façon assez spontanée et sans détour. Je ne fais aucune référence à des prix de vente : Vous retrouverez toutes ces informations sur le site de la marque, et je tiens à ce que cet article reste purement horloger (rien n’empêche d’aborder ces sujets via les commentaires de l’article). Non pas qu’aborder le prix soit tabou, mais je ne fais un pas un article de publi-information, mais bien une sorte de revue du modèle. Et ça s’arrête là. Bon allez, vous voulez savoir ? Il coute moins de 10 000,- francs suisse.

Je vous remercie sincèrement de m’avoir lu, et je vous invite vivement à échanger avec moi sur le sujet via la section commentaire ci-dessous !

Petite série de Wristshots pour le plaisir
Wrist shot Chronomaster Sport
Wrist shot Chronomaster Sport
Wrist shot Chronomaster Sport
Romain

Auteur du blog "Elégance & Précision", Horloger sartorialiste et calcéophile, je partagerai avec vous tout ce que je trouverai sur les sujets qui nous intéressent : l'élégance masculine.

7 commentaires

  • Avatar

    oliwoud

    Bravo pour votre article, complet , subjectif …. j´adore ressentir l´essence de la passion . Très beau chrono , le seul défaut mais la aussi c’est subjectif et très perso et pas uniquement lié á Zenith serait les maillons centraux polis …décidément je ne m´y ferais jamais , pour ma part je ferais brossé ceux ci si je devais en être acquéreur un jour .

    Slts horlogères

    • Romain

      Romain

      Merci Oliwoud pour ce commentaire! En effet, totalement subjectif et assumé 🙂 En effet les maillons centraux polis, toutes marques confondues, sont des attrape-rayures XD

    • Romain

      Romain

      Merci DUF, oui lorsqu’on arrive à passer au delà de la première ressemblance on peut apprécier cette pièce à sa juste valeur! 😉

    • Avatar

      Lebrun

      Tout d abord bonjour
      Merci pour cet article très très bien écrit je tiens à vous féliciter
      Je suis sur le point dans faire l acquisition toutefois ma seule hésitation serait qu on me demande si c est une daytona je ne veux plus de rolex ( c est une vraie tu dois avoir de l argent ect) bref je voudrais éviter des commentaires qui mon déjà coupé l envie d une autre rolex avez vous les mots qui me declancherer cet achat malgré votre très beau résumé
      Bien cordialement
      Mr lebrun eric

  • Avatar

    Emmanuel

    Beau modèle, mais un peu trop clinquant à mon goût (maillons polis par ex).
    Je trouve la version « Original » moins tape à l’oeil et très classe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *