Veste tailleur Morgan and Sons
La veste

La veste : Anatomie et Proportions

Je reviens aujourd’hui avec un article qui me semble déterminant dans la démarche qui est la nôtre. Je vous parle aujourd’hui de veste, de son anatomie et de quelques règles de proportions.

La veste, c’est le meilleur ami de l’homme élégant. C’est le vêtement que l’on voit généralement le plus. La veste peut être une carapace derrière laquelle se protéger, ou au contraire une magnifique vitrine à l’intérieure de laquelle recèlent bien d’autres trésors… Dans les deux cas, elle se doit de correspondre à son porteur.

Pourquoi avoir mis tant de temps pour écrire un nouvel article ? Il y a plusieurs raisons à cela.

La première, c’est tout simplement le manque de temps. Nous sortons tous d’une situation compliquée (confinement et consort), et la reprise de nos activités professionnelles nous a tous mis un petit coup de pression. Notre vie personnelle a également été un peu chamboulée. J’ai la chance d’être papa de deux adorables enfants en bonne santé (1 et 4 ans), et je pense que ce fut pour eux un sacré bouleversement de devoir à nouveau être séparés de papa et maman après quasiment 2 mois à temps plein à la maison. Typiquement, je profite d’un jour de congé avec les enfants à la crèche pour terminer cet article !

La seconde raison, c’est que j’ai beaucoup réfléchi au thème de cet article. J’ai dans l’esprit tous les sujets dont j’ai envie de parler. De nombreux sujets sont en cours, c’est-à-dire que je suis en pleine collecte d’informations, j’attends des réponses, des confirmations, de la documentation. Et du coup, j’ai beaucoup hésité à me lancer dans des sujets qui m’inspirent autant que la veste, sachant que certains éléments sont encore en cours d’investigation. J’ai l’impression que si je démarre un sujet je dois tout dire dessus.

Mais finalement, je peux tout à fait écrire au fur et à mesure. C’est un peu le but d’un blog. Car oui, j’ai des choses à dire sur la veste, et j’ai vraiment envie d’en parler maintenant. Je vais donc structurer cet article pour vous fournir une première partie qui me semble essentielle : comprendre la veste et ses proportions à respecter.

Petite mise au clair sur les types de veste

On lit souvent des confusions entre : les vestes de costumes, les vestes dépareillées également appelées « veste sport » et les blazers. On va faire très simple : d’un point de vue anatomique, ces trois types de vestes partagent le même vocable. On va trouver des détails esthétiques ou certaines constructions différentes, mais dans l’idée, quelle que soit le type de veste, on est sur une anatomie commune, avec des règles de proportions identiques.

Ce qu’il faut retenir, c’est que l’usage et le niveau de formalité va directement définir la veste et son appellation. Rapidement, une veste de costume est un des éléments d’un costume (veste, pantalon, éventuellement gilet, construit dans un même tissu). Une veste dépareillée a une vocation plus décontractée et moins formelle. Un blazer est très codifié (couleur, boutons). J’écrirai un article là-dessus, car ce n’est pas très compliqué mais je n’ai pas envie de faire une mise en abyme dans notre article du jour.

Lexique d’anatomie de la veste

A travers ce lexique d’anatomie, l’objectif est avant tout de se préparer à la suite qui sera précise et parfois technique. Pour être certain que nous employions tous les mêmes termes et surtout, les bons termes, je vous propose ce visuel, dont l’illustration provient d’un faiseur espagnol, Lopez Aragon, que je me suis permis d’annoter. Le modèle illustré est une Gambardella, qui est une veste déstructurée (c’est-à-dire sans padding ni doublure dans ce cas).

Veste gambardella atanomie
Veste déstructurée modèle Gambardella du tailleur espagnol Lopez Aragon

Si j’ai tenu à préciser le type de veste, c’est parce que toutes les vestes ne se ressemblent pas. Il existe des vestes à 1, 2 ou 3 boutons. Des vestes avec des poches plaquées (comme ici), à rabat, ou passepoilées (ou le deux). Des revers à crans ouverts (cran sport ou « notch lapel ») ou sans cran mais plutôt à pointe (ou « cran aigüe » ou « peak lapel »). Mais dans tous les cas, les termes présentés ci-dessus sont utilisables dans toutes les situations. C’était l’objectif de ce visuel.

Règles et proportions

Il est tout à fait évident que lorsque l’on parle d’art tailleur, il est compliqué, de mon point de vue, d’appliquer la maxime disant qu’une règle est faite pour être transgressée. Bien évidemment en termes de style, on va trouver des modes qui « cassent les codes » (si elles ne se cassent pas les dents). D’un point de vue de la conception tailleur d’une veste, certaines règles sont établies pour offrir un rendu esthétiquement agréable. Les tailleurs à travers les âges ne se sont pas donnés autant de peine par fantaisie, mais pour créer un vêtement qui soit adapté à la morphologie de l’homme. Pour la faire simple : pour ne pas ressembler à un sac.

Proportions : Longueur de veste

Une des premières règles que je veux partager avec vous concerne la longueur d’une veste. D’emblée, il est de bon ton de dire qu’une veste doit recouvrir le postérieur de son porteur. La veste arrive généralement au niveau de la ligne inférieure des fesses (ligne rouge sur l’illustration ci-contre).

La raison est double.

D’un point de vue d’élégance masculine, on ne rend pas visible son postérieur à n’importe qui. Cette notion parait tellement simple qu’on en oublie son évidence.

D’un point de vue esthétique, cette longueur permet de diviser la tenue en deux parties visuellement équilibrées : le buste mis en avant par la veste, les jambes mises en avant par le pantalon.

Proportions longueur de veste
Illus. "Dressing the man" - Alan Flusser
Proportion longueur de veste
Illus. "Dressing the man" - Alan Flusser

Une seconde méthode permettant de déterminer la longueur idéale d’une veste serait de diviser par 2 la hauteur de son corps du sol à la pomme d’Adam.

Si je prends mon exemple, je mesure 1m80. La mesure entre le haut de mon crâne et ma pomme d’Adam est d’environ 28cm. La valeur à exploiter est donc de 152cm. En divisant par 2, on obtient 76cm. Il se trouve qu’avec cette valeur, mes vestes tombent juste sous mes fesses.

Je tiens à nuancer cette valeur par le fait que bien que la nature soit bien faite, nous ne suivons pas tous les mêmes proportions morphologiques. Par conséquent, certaines personnes auront des jambes plus longues, et d’autres un buste plus long.

A choisir, je choisirais plutôt la première méthode qui consiste à faire en sorte que la veste couvre mon postérieur.

À noter que dans le Prêt-à-porter « main stream », la tendance est aux vestes trop courtes. Montrer ses formes ou économiser du tissu, le débat peut se mener sur différents fronts. Néanmoins, la longueur d’une veste, même si elle n’est pas exactement celle qui vous convient, est un indicateur de la qualité d’une coupe. En Prêt-à-porter, il y aura toujours des retouches à faire, et une longueur imparfaite de +/- 2cm, ce n’est pas la mer à boire. En revanche, quand il manque 15 bons centimètres, là il y a clairement un parti pris, et dans ce dernier cas, mon invitation est d’aller voir ailleurs en toute cordialité.

Proportions : Longueur des manches de la veste

La longueur d’une manche de veste est un sujet qui me tient énormément à cœur. Pourquoi ? Parce que j’en fais presque une psychose… Ma manche tombe-t-elle bien ? Ma chemise dépasse-t-elle suffisamment ?

Mais aussi parce que ça me fait vraiment mal aux yeux lorsque je vois des manches trop longues qui tombent littéralement sur la main de son porteur.

L’idée, c’est que la veste doit être plus courte que la chemise lorsqu’on se tient debout, bras contre le corps de façon naturelle.

Proportions longueur de manches

L’objectif est à la fois esthétique et fonctionnel. D’un point de vue esthétique, le fait de voir le bord de la chemise dépasser (environ 1 cm à 2cm) donne la vision d’un bras et d’une main habillée, et non pas d’une main sortie de nulle part ou perdue dans une manche. D’un point de vue fonctionnel, la veste étant la couche supérieure, si cette dernière est trop longue, elle peut gêner la main lorsqu’on écrit ou lorsque l’on manipule quelque chose.

Pour les valeurs citées plus haut, 1cm représente la valeur idéale à +/- 0,5cm. Je dirais que 2cm ça peut être presque trop, sauf si l’on porte des boutons de manchette. Les 2cm permettront de voir les boutons de manchette sans non plus découvrir toute la manche. Mais dans tous les cas, 1cm sera toujours l’idéal.

Anatomie boutonnière
Boutonnières fonctionnelles d'une veste Morgan & Sons (Corée)

Un autre élément déterminant dans la longueur des manches concerne la position de la boutonnière sur celle-ci, mais également sa nature (véritable boutonnière ou non).

Dans le cas d’une boutonnière fonctionnelle, la marge de manœuvre sera moindre, et si la retouche est trop importante (2cm ou +), il faudra probablement reprendre la longueur à l’épaule (ce qui nécessite un travail plus important).

Pour les petites retouches, elles peuvent se faire directement au bas de la manche. Une valeur à retenir, qui m’a été renseignée par une tailleur coréenne dont j’apprécie particulièrement le travail (son compte Instagram : @morganandsons_), est la distance entre le dernier bouton et le bord de manche. Cette valeur est de 1 pouce et demi, ce qui fait environ 3,8cm. On conviendra que d’un point de vue esthétique, si cette valeur varie à +/- 1cm, le rendu ne sera absolument pas inesthétique. Au-delà, à vous de voir.

Proportions : Largeur des revers de la veste

La largeur des revers est également un élément à prendre en compte. Au-delà de la dimension personnalisable pour exprimer sa personnalité (par exemple Hugo Jacomet (Parisian Gentleman) qui a un penchant pour les revers larges, et qui les porte très bien celà dit en passant), la largeur d’un revers est un élément qui devrait, dans le meilleur des mondes, être proportionné à la ligne d’épaule.

Anatomie et proportions veste
Proportions Revers / Ligne d'épaule - Veste d'été - Morgan & Sons (Corée)

La ligne d’un revers idéal vient traverser la ligne d’épaule en son milieu. D’un point de vue esthétique, on est sur un rendu équilibré, ni trop, ni pas assez.

En termes de valeur, un revers proportionné qui suit cette règle oscillera entre 7,5cm pour les plus fines épaules à 9cm pour les plus larges (je ne parle pas des vestes croisées sur lesquelles on trouvera plus facilement des revers surdimensionnés).

Actuellement, on observe deux tendances opposées.

La première concerne le prêt-à-porter « main stream » dont je vous parlais plus haut. Vous vous souvenez ? Celui qui coupe ses vestes très courtes pour économiser du tissu 😊 Et bien la logique reste la même sur la largeur de ses revers. On trouve des revers extrêmement fins. Les mêmes revers qui iront parfaitement avec une cravate horriblement fine. Encore une fois, entre recherche d’esthétique ou d’économie sur le tissu, le débat fait rage. Quoi qu’il en soit, des revers souvent inférieurs à 7cm sont peu esthétiques. Pour une personne fine ou dans la moyenne, ils vont avoir tendance à accentuer l’impression de finesse et donner un aspect longiligne à la silhouette. Pour une personne dont la carrure est forte, on aura presque l’impression qu’il n’y a pas de revers, donc veste inadaptée au porteur. Comme si ce dernier l’aurait emprunté à son neveu de 8 ans.

Veste revers fins

Sur la photo ci-dessous d’une marque de Prêt-à-porter bien connue (T… K…..), au-delà du fait que la veste soit déjà trop grande pour le mannequin (le col qui flotte), on voit bien les revers excessivement fins. C’est la « mode », je vous laisse juge. J’ai flouté le mannequin parce que le pauvre il n’y est pour rien.

La seconde tendance surfe sur la vague « sartoriale » du moment. En effet, depuis quelques années, on observe un regain d’intérêt pour le style vestimentaire classique. Ce que je trouve plutôt positif. Dans l’art tailleur, on trouve de nombreuses finitions qui, généralement, son synonyme de bienfacture. Certaines marques de prêt-à-porter se sont emparées de ces finitions, sans la qualité qui va avec. On a donc un rendu esthétique qui se veut « sartorial », mais qui en construction ne l’est pas forcément.

D’un point de vue esthétique, on est quand même dans l’exagération.

Revers larges

Pourtant, cette taille de revers pourrait ne pas être choquante, avec une veste croisée par exemple, un col peut-être mieux exécuté, des poches en raccord avec le niveau de formalité induit par la tenue. Bref, tout n’est pas à jeter, comme sur l’exemple précédent d’ailleurs. Il n’en reste pas moins que dans l’un ou l’autre cas, on tombe dans des extrêmes.

J’ai flouté la montre parce que la pauvre, elle n’y est pour rien.

Finalement, comme dans tout, l’équilibre reste à mon sens la meilleure solution. J’avoue tout de même apprécier également les revers larges, peut-être est-ce parce que je suis influencé par la « mode sartoriale » du moment aussi ? Peut-être ! L’offre va actuellement dans ce sens donc bon…

Proportions : Le boutonnage et la ligne de taille

Dernière étape sur les proportions, la ligne de taille et le boutonnage actif. La ligne de taille est, d’un point de vue anatomique, la ligne se situant entre le bassin et la dernière côte flottante. Pour une personne n’ayant pas d’embonpoint particulier (attention je ne fais aucun ségrégationnisme), la ligne de taille peut être mesurée à l’endroit le plus étroit du ventre. On est généralement quelques centimètres au-dessus du nombril (7cm dans mon cas).

Le boutonnage actif correspond à la position du ou des boutons de la veste que l’on ferme. Dans le cas d’une veste 2 boutons, on ne ferme qu’un bouton, généralement celui du haut. Dans le cas d’une veste 3 boutons pour laquelle on boutonnera les deux premiers boutons (on ne boutonne jamais le dernier bouton), la ligne de boutonnage actif migre entre les deux boutons fermés.

Anatomie ligne de taille

Ici, il ne s’agit pas de science mais d’aspect visuel. D’effet d’optique. D’impression visuelle. Un boutonnage actif situé sur la ligne de taille sera idéal, car c’est généralement à cet endroit que la taille est la plus fine, vous avez compris : le boutonnage actif doit permettre de suivre et mettre en valeur la silhouette.

On a donc souvent un boutonnage légèrement au-dessus du nombril : non le boutonnage n’est pas trop haut, c’est simplement qu’à l’ère des tailles basses, on a oublié que la taille ne se situe pas au niveau du bassin, mais bien au-dessus du nombril.

Il existe néanmoins des boutonnages légèrement au-dessus ou en-dessous de la ligne de taille. Dans l’idée, lorsqu’il s’agit de quelques centimètres, rien de bien grave, comme pour les proportions précédentes : nous sommes tous différents, et toutes les vestes ne vont pas à tout le monde ! Surtout dans le prêt-à-porter dont les patronages sont basés sur des standards, des moyennes.

Proportion ligne de taille Susu

Chez Suitsupply par exemple (photo ci-dessus), on a un boutonnage actif au-dessus de la ligne de taille. La veste reste bien cintrée au niveau de la taille (en tous cas sur la photo, quid des épingles dans le dos pour la photo 😊 ), donc visuellement, RAS.

Je ne serai pas de ceux qui vous diront que si vous êtes petit, il faut un boutonnage de telle sortes, si vous êtes grand, de telle sorte. A mon sens, il vaut mieux miser sur un boutonnage autour de la ligne de taille, le plus proche possible, pour suivre sa propre silhouette, et jouer ensuite sur les revers, la hauteur des crans, la construction de l’épaule pour influencer le rendu visuel (cf. mon article sur quel col de chemise choisir).

Le mot de la fin

Vous aurez compris que j’oriente ici mon article sur le prêt-à-porter, le « made-to-order » voir certains « made-to-measure » industriels, car même si pour le dernier, la construction est sensée être basée sur les mensurations du client, la conception et les patronages sont préexistants. En somme, dans tous les cas, des retouches ou ajustements sont généralement nécessaires. On ne parle pas ici de petite-mesure ou grande-mesure pour lesquelles vous êtes en contact avec votre artisan, et dans ce cas, il faut, à mon sens, lui faire confiance.

En outre, j’espère que cet article aura pu vous apporter quelques éléments de réponse dans votre quête d’informations sur la veste. Ici, je ne cherche pas à vous imposer des règles strictes et contraignantes, mais à vous apporter des éléments qui me semblent essentiels dans la compréhension de la veste, son anatomie et les proportions à respecter. À respecter, encore une fois, à la lettre ou non, c’est vous qui déciderez. Néanmoins il me semble qu’appliquer ces règles n’est pas insurmontable, ne coute pas bien cher non plus (il faut trouver un(e) bon(ne) retoucheur(euse)). Votre silhouette n’en sera que plus élégante, et après tout, c’est un peu ce qu’on cherche ici !

Je vous souhaite une excellente semaine à toutes et à tous.

Merci de m’avoir lu.

Romain

Auteur du blog "Elégance & Précision", Horloger sartorialiste et calcéophile, je partagerai avec vous tout ce que je trouverai sur les sujets qui nous intéressent : l'élégance masculine.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *